en mode Debunk ...

Publié le 29 Mai 2013

Syvie Simon nous parle à nouveau de la rougeole dans un texte avec plein de chiffres dedans (c'est la "seconde partie" de ce billet Je vais décortiquer cela en partie. Mais tout d'abord, je la félicite chaleureusement pour ne pas avoir persévéré avec le mensonge bonus dont elle usait pourtant à chaque fois qu'elle parlait rougeole et chiffres!


[...] « En France, jusqu’au début des années 1980 (la vaccination contre la rougeole a été intégrée dans le calendrier de vaccination en 1983), le nombre de décès annuels dus à la rougeole se situait entre 15 et 30 selon l’Institut de veille sanitaire. Grâce à la vaccination, moins de 10 décès étaient rapportés chaque année dans les années 1990, et depuis 2000, entre 0 et 2 décès sont rapportés chaque année. » Belle victoire, en effet, puisqu’aux 15 à 30 décès — il faut, du reste, apprécier cette précision du simple au double —, on peut opposer les accidents causés par ce vaccin qui sont de loin très supérieurs aux cas de morts par la maladie.

-Pour être précis, la vaccination rougeoleuse a été introduite en France en 1968, a intégré le calendrier vaccinal en 1983, et le ROR a été introduit dans le calendrier en 1986.
-Le nombre de décès notifiés peut varier du simple au double, parce que l'incidence peut varier fortement entre deux années consécutives. Il n'y a pas de quoi se gausser...
-En France, la notification des cas, comme des décès, n'était pas optimale à certaines époques (là il y aurait de quoi se gausser par contre...). On peut en fait estimer qu'environ quelques 70 à 700 vies sont sauvées par an en France par la vaccination rougeole (désolée, on ne peut pas vraiment faire plus beaucoup précis...). C'est effectivement une belle victoire (en plus de toutes les complications pulmonaires et neurologiques évitées).
-Mme Simon peut opposer les accidents qui seraient causés par la vaccination, mais il serait plus constructif de les chiffrer.
Les données actuelles placent la barre à ... virtuellement 0 décès par an après vaccination ROR.

[...] Tout d’abord on mélange, volontairement, les cas qui adviennent en Afrique, pays où les enfants meurent de faim et de manque d’hygiène, et les cas français qui, jusqu’à l’avènement du vaccin, inquiétaient bien peu le monde médical. Rappelons-nous les baisses spectaculaires de la rougeole entre 1906 et 1983 signalées dans tous les pays développés, donc avant le lancement de la campagne de vaccination, et la diminution de 97 % à 99,5 % (suivant les pays) du nombre de morts dus à cette maladie. Pourtant, [...], avant la vaccination et contrairement aux affirmations actuelles, la rougeole était considérée comme une maladie très bénigne [...] on connaît les liens fidèles avec les laboratoires.

Et les enfants meurent aussi de maladies infectieuses en Afrique. La vaccination a d'ailleurs permis d'en sauver un certain nombre (des enfants qui n'auront pas été nourris pendant quelques années en vain pour déceder bêtement d'une maladie préventible, des enfants qui seront les adultes qui participeront au développement futur du pays, etc...).

http://www.who.int/immunization/newsroom/Measles_Rubella_Apr2012_Lancet_article.pdf

http://www.who.int/immunization/newsroom/Measles_Rubella_Apr2012_Lancet_article.pdf

En ce qui concerne les pays développés comme la France, on notera l'utilisation des petits mensonges n° 1 et 5, avec un petit soupçon de complotisme rafraichissant.

[...] aux Etats-Unis : « La mortalité par la rougeole a été multipliée par 25 depuis les campagnes vaccinales » (Médecine et hygiène du 12 janvier 1983) avec une augmentation régulière et importante des cas de rougeole post-vaccinale qui atteignent les adolescents, avec le risque d'encéphalites post-vaccinales [...]

Euh, x 25? Mais comment serait-ce possible? Sérieusement?

en mode Debunk ...

Avant vaccination, le nombre de décès rapportés par an aux USA était d'environ 400.
Depuis la vaccination, il n'a jamais dépassé quelques dizaines (voir le pic autour de 1990)
En 1983, année de la source citée pour justifier le "x 25", il était de moins de 10!
Aujourd'hui, le nombre de décès est de quasi zéro (puisque la rougeole n'est plus présente aux USA, en dehors des cas importés et de ceux qui y s
ont liés).
A part cà, si le risque d'encéphalite post-vaccinale devait exister, il serait très faible.

Et en 2006, le CDC confirmait que 89 % des enfants d’âge scolaire qui avaient contracté la rougeole étaient vaccinés.
[...] plus on vaccine, plus on trouve de cas, [...] D’ailleurs, le Pr Lévy-Bruhl, de l’Institut de veille sanitaire, a confirmé : « … quand tout le monde est vacciné, ceux qui attrapent la maladie sont forcément vaccinés » [...].
[...] « Les rougeoles ont été 18 fois plus nombreuses aux États-Unis en 1990 (27 672 cas) qu’en 1983, malgré une vaccinati
on systématique contre la maladie depuis 1978. [...]

Oui... et alors? Petit accès de mensonges épidémiologiques n°4 et 2 ...

[...] Afin de noircir encore le tableau, ces fanatiques avancent l’argument majeur, c’est-à-dire la redoutable panencéphalite subaiguë sclérosante PESS (1 pour 100 000 ca), d’après les Arch. Intern. Med, 1994. Or, en 1934, les docteurs A. Lemierre et P. Gabriel faisaient remarquer que : « Sur plusieurs centaines de rougeoles que, depuis deux ans, nous avons suivies à l’hôpital Claude Bernard, tant chez les enfants que chez les adultes, il ne nous a été donné d’observer qu’un seul cas d’encéphalite morbilleuse. » En revanche, lorsqu’on a déclenché la campagne de vaccination contre la rougeole, il a été enregistré 11 encéphalites et 12 PESS, mais les services de santé se gardent bien de nous en informer.

Oui les PESS, c'est bien environ 1/100 000 (en fait, selon les sources ca va de 0.5 à 4/100 000). Or, les encéphalites, c'est environ 1/1000 (pas si rare donc).
Du coup, c'est pas surprenant que sur plusieurs centaines des cas, on puisse trouver "seulement" une encéphalite...

En 1983, avec environ 400 000 cas de rougeole estimés en France, il n'y pas vraiment de quoi être surpris par une dizaine d'encéphalites rougeoleuses déclarées. Les PESS se déclenchent avec à peu près 8 ans de décalage par rapport à la rougeole même. Donc ce n'est pas suprenant d'avoir un dizaine de PESS déclarées par an au début en 1
983, puisque 8 ans auparavant, il y avait près d'environ 750 000 cas de rougeole...

Où serait le problème? Qu'est-ce qui serait caché? ...

Il est certain qu’en ce qui concerne la rougeole, la balance penche bien plus du côté « risque » que du côté « bénéfice ». Ainsi, une vaccination générale fait courir le risque de rougeoles d’adulte et de rougeoles du nouveau-né bien plus graves. Et nous constatons chaque jour que ce risque est bien avéré et que le virus de la rougeole repoussé ou même supprimé sur une population déterminée l’expose au danger d’épidémie à caractère explosif. En 1995, le journal Pediatrics signalait que les enfants dont les mères étaient nées après 1963 étaient plus susceptibles d’attraper la rougeole que les enfants de mères plus âgées et confirmait la dangerosité du virus chez les bébés non protégés par les anticorps maternel et chez les gens plus âgés.

Et hop, petit mensonge n°3. Pour la balance bénéfice-risques, voir à nouveau ici. Elle penche indiscutablement pour le vaccin.

[...] selon les chiffres des autorités sanitaires britanniques, le nombre de cas de rougeole en Angleterre et au Pays de Galles a explosé entre 1996 et 2012, passant de 112 à 2030 cas, alors que la moyenne nationale des enfants de cinq ans ayant reçu le vaccin contre la rougeole s'établit désormais à 88 % (LeMonde.fr, 19 avril 2013).
[...]

Pardon? What? quel rapport entre la couverture vaccinale en 2013 et l'augmentation de l'incidence entre 1996 et 2012?
Si on allait voir ici plutot:

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2039

http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2039

Rédigé par Julie

Publié dans #debunking

Commenter cet article