Petits mensonges épidémiologiques (bonus)

Publié le 1 Mai 2013

Mentez ! Mentez ! Il en restera toujours quelque chose
(des années plus tard…)

Il sera question de l’incidence de la rougeole aux USA en 1962.

Avertissement : Pour faire comprendre de quoi il retourne, il faudrait en principe que je partage des tas de liens menant à des sites qui sont de façon générale assez douteux quant à leur contenu (anti vaccinalisme et autres joyeusetés…). Comme je n’y tiens pas particulièrement, je laisse au lecteur curieux le soin d’utiliser son moteur de recherche préféré.

Avant d’en venir au fait, voici la courbe d’incidence pour la rougeole aux USA
(Wikipédia ou CDC) :

incidence annuelle de la rougeole aux USA (cas notifiés)
incidence annuelle de la rougeole aux USA (cas notifiés)

incidence annuelle de la rougeole aux USA (cas notifiés)

Regardez ces figures attentivement:

  • Avant l’introduction de la vaccination en 1963, le nombre moyen de cas déclarés annuellement tournait autour de 500 000.
  • La variation autour de cette moyenne étant de plusieurs centaines de milliers de cas, on peut observer un pic à environ 800 000 en 1958 ou environ seulement 200 000 cas en 1945 et 1947.
  • L’incidence en 1962, année précédent le vaccin était par coïncidence proche de la moyenne.

Et pourtant, une sorte de légende urbaine circule dans les milieux anti-vaccins. On peut trouver dans leurs divers écrits cette affirmation :

Aux états-Unis, en 1958, on répertoriait environ 800 000 cas de rougeole, mais en 1962, une année avant l’introduction du vaccin, ce chiffre était brusquement tombé à 3 000.

Cette affirmation mensongère a pour but de faire croire que l’incidence de la maladie aurait diminué bien avant l’introduction du vaccin, ce qui rejoint le petit mensonge épidémiologique 5). Regardez à nouveau attentivement les figures d’incidence, pour bien apprécier le ridicule de l’argument.

En général, les personnes relayant cette légende urbaine se contentent de copier-coller sans vérification les assertions d’une certaine S. Simon, principale propagatrice de ce mensonge. On en trouve 4 occurrences sur son blog (entre 2010 et 2012), une récidive toute récente (mars 2013) dans un texte qu’elle a écrit pour la revue Nexus. La trace la plus ancienne par S. Simon que j’ai pu trouver date d’un de ses livres de 2005...

Mais d’où lui est venue l’idée de cette légende urbaine? Avec un peu de persévérance et un moteur de recherche, on peut trouver une affirmation fort similaire ...:

La fréquence de la maladie a diminué bien avant qu'il ne soit introduit. En 1958, il Y avait environ 800.000 cas de rougeole aux Etats-Unis et en 1962 (année précédant l'introduction du vaccin) le nombre de cas tombait à 3000. 

... dans un livre datant des années 1980 et qui est la traduction en français d’un livre en anglais du Dr Mendelsohn (anti vaccin américain notoire). Or, toujours avec un bon moteur de recherche, on peut trouver l’extrait original en anglais :

While there has been a decline in the incidence of the disease, it began long before the vaccine was introduced. In 1958 there were about 800,000 cases of measles in the United States, but by 1962-the year before a vaccine appeared-the number of cases had dropped by 300,000.

Le Dr. Mendelsohn fait preuve d’une malhonnêteté certaine (encore une fois, retournez voir les figures d’incidence), mais que dire du traducteur du livre? Il transforme une diminution de 300 000 cas, diminution apparente si on choisit arbitrairement les deux dates que sont 1958 et 1962 (pourquoi ne pas choisir 1945 et 1962 tiens?), en une incidence purement imaginaire?
La traduction du livre a été réalisée par une toute petite maison d’édition gérée par un autre anti-vaccin notoire. Ceci expliquant probablement cela… et le fait qu’une trentaine d’années plus tard, personne dans ce petit monde ne semble avoir pris la peine de vérifier…

Rédigé par Julie

Publié dans #debunking

Commenter cet article