Publié le 29 Octobre 2013

Revenons sur le texte publié dans la Libre Belgique par une maman qui dit se poser des questions, mais qui apporte surtout les réponses prémachées de la mouvance antivaccins.

La première question posée est pourquoi on propose aux parents belges des vaccins combinés comportant au moins quatre valences (diphtérie, tétanos, polio, coqueluche) alors que la seule vaccination obligatoire en Belgique est celle contre la polio. La réponse évidemment est que les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche sont tout aussi recommandées que la vaccination contre la polio. Quand on se soucie de la santé, on s'intéresse un peu plus aux recommandations qu'aux obligations... Néanmoins, du point de vue « légaliste » et non sanitaire, on s'attendrait à ce qu'un vaccin monovalent contre la polio soit d'une façon ou d'une autre mis à disposition des parents belges, puisqu'ils restent libres d'être capricieux. Et bien, c'est le cas ! Rien ne force donc les parents capricieux à protéger leurs enfants contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche. Si c'est pas formidable ? On se demande donc où se situe le problème de cette maman exactement.

 

Le problème

Le problème, quand on est un militant antivaccins, est qu'on s'oppose par principe à toute vaccination, qu'elle soit recommandée ou obligatoire. Les principes c'est une chose, les prétextes invoqués en sont une autre. Dans un premier temps, en début de carrière, ces militants commettent l'erreur (la fougue de la jeunesse) de prétendre s'opposer aux vaccinations obligatoires parce qu'on les forcerait à réaliser des vaccinations recommandées au passage(*). Une fois qu'ils découvrent que ce n'est pas le cas, qu'ils peuvent se limiter aux obligatoires, ils doivent se trouver un autre prétexte. C'est assez flagrant quand on compare la version originale du texte de la maman, qu'elle a diffusé sur internet il y a quelque temps, avec la version publiée dans la libre Belgique. Voyez plutôt (c'est moi qui met en gras les passages éclairants) :

 

Version originale :

Le seul obligatoire étant celui pour la poliomélite.
Etrangement (ou pas) le parent, lors du tout premier vaccin, est déjà confronté à une violation de son droit à soigner son enfant comme il l'entend puisque ce vaccin obligatoire est combiné avec trois autres vaccins qui ne le sont pas, à savoir la diphtérie, la coqueluche et le tétanos. En tant que jeune femme libre (du moins autant qu'il est possible dans une fausse démocratie) je suis heurtée de cette violation, de ne pas avoir le choix entre le fait de me mettre en porte-à-faux par rapport à la loi ou pas.
Si je souhaite donner comme seul vaccin celui qui est obligatoire, je n'ai aucune alternative.

 

Version Libre Belgique :

En Belgique, le seul vaccin obligatoire est celui contre la poliomyélite.
Etrangement (ou pas), le parent non averti, lors du premier vaccin, est déjà confronté à une violation de son droit à soigner son enfant comme il l’entend puisque ce vaccin obligatoire est combiné avec trois autres qui ne le sont pas : la diphtérie, la coqueluche et le tétanos. Vous me direz qu’il est possible de se fournir un vaccin polio monovalent. Mais quel parent souhaiterait consciemment injecter du formaldéhyde, substance cancérigène de classe 1 classée comme telle par le CIRC en 2004 ?

 

Nouveau prétexte en vue

Le vaccin movalent contre la polio contient du formaldéhyde. Et c'est tout à fait exact. C'est le formaldéhyde qui permet d'inactiver le vaccin, c'est-à-dire de faire en sorte qu'il puisse être à l'origine de la création de l'immunité contre la maladie sans pour autant devoir développer la dite maladie. La maman se demande comment on pourrait injecter une substance qui a été classée cancérigène par le CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer). La réponse est manifestement « avec une seringue et en intramusculaire », car le classement par le CIRC n'est pas pertinent en ce qui concerne la vaccination. Que nous dit le CIRC à propos du formaldéhyde ?

 

1)Formaldehyde is found as a natural product in most living systems and in the environment. It occurs naturally in fruits and some foods, and it is formed endogenously in mammals, including humans, as a consequence of oxidative metabolism.

Et oui, le vilain formaldéhyde est présent dans certains aliments et notre propre corps en produit de façon normale et continue. Toute la rhétorique du monde visant à faire passer « naturel » et « chimique » pour antinomique n'y changera rien.

Note : Après vérification , il ressort qu'une poire de l'ordre de 100 grammes contient environ 6 mg de formaldéhyde (60 mg/kg), ou encore 6000 microgrammes, et non 60000 microgrammes comme indiqué sur ce mème, mais enfin, vous aurez compris l'idée.  D'autant plus que le vaccin monovalent contre la polio ne contient pas moins de 100 microgrammes, mais moins de 20 microgrammes de formaldéhyde...

Note : Après vérification , il ressort qu'une poire de l'ordre de 100 grammes contient environ 6 mg de formaldéhyde (60 mg/kg), ou encore 6000 microgrammes, et non 60000 microgrammes comme indiqué sur ce mème, mais enfin, vous aurez compris l'idée. D'autant plus que le vaccin monovalent contre la polio ne contient pas moins de 100 microgrammes, mais moins de 20 microgrammes de formaldéhyde...

 

2) It is concluded that occupational exposure to formaldehyde causes nasopharyngeal cancer in humans.

The Working Group concluded that the epidemiologic evidence shows that occupational exposure to formaldehyde causes leukaemia.

Le formaldéhyde est bien associé au cancer, mais pas n'importe quel cancer et pas dans n'importe quelles circonstances. Il s'agit d'exposition chronique à des doses élevées de formaldéhyde via l'air respiré ou via les produits qui pourraient entrer en contact avec la peau, dans le cadre d'activités professionnelles (pompes funèbres, ...). On est loin de l'injection d'une dose unique de vaccin monovalent contre la polio.

 

Le prétexte du formaldéhyde n'est pas récent et a déjà fait l'objet de multiples réfutations, dont la suivante, particulièrement précise :

The Toxin Gambit Part 1: Formaldehyde

On y apprend que:

  • la concentration normale en formaldéhyde dans le sang humain est de 2.74 +/- 0.14 mg/L,
  • un adulte moyen aura donc à tout moment environ 15 mg de formaldéhyde dans le sang,
  • un nourrisson de 2 mois en aura environ 1 mg,
  • un vaccin monovalent contre la polio contient moins de 0,02 mg de formaldéhyde,
  • l'excès de formaldéhyde dans la sang est métabolisé en quelques minutes. Il est « transformé » en d'autres molécules qui seront éliminées par l'urine ou la respiration.

 

Si l'exposition ponctuelle d'un nourrisson à une dose de formaldéhyde inférieure à 2% de la quantité naturellement présente dans son sang inquiète l'un ou l'autre parent, il ferait mieux de cesser sur le champ de consommer des poires qui contiennent individuellement une dose équivalent à 40 % de leur propre quantité de formaldéhyde sanguin.

 

La question qui se pose maintenant, si cette maman prenait conscience de ce qui précède, est: quel serait le prochain prétexte, le prochain déplacement de but pour justifier sa volonté par principe de ne pas vacciner son enfant?

 

(*) Les militants français procèdent de même. En France, les vaccinations contre la diphtérie, le tétanos et la polio sont obligatoires. Ces vaccinations sont combinées avec d'autres vaccinations recommandées. Mais des vaccins séparés contre la polio d'un côté et contre la diphtérie et le tétanos de l'autre peuvent être obtenus sur demande.

Rédigé par Julie

Publié dans #debunking