Rougeole Vaccin et Homéopathie

Publié le 1 Mai 2013

Rougeole Vaccin et Homéopathie

Les médecins homéopathes n’ont pas toujours les idées claires en ce qui concerne l’utilité de vacciner contre les maladies infantiles, dont la rougeole.
Cela peut être problématique dans des régions ou pays où les homéopathes (et autres praticiens de médecines dites douces d’ailleurs…) sont nombreux et relativement influents sur les choix des parents.

Par exemple, le Royaume-Uni (plus particulièrement le Pays de Galle et l’Angleterre) connait en ce moment une recrudescence de cas de rougeole. Une partie de la responsabilité de ce retour de la maladie au Royaume-Uni pourrait être imputée aux homéopathes et autres « alternativistes ». Il a donc été demandé aux diverses organisations homéopathiques du RU de se prononcer clairement sur l’utilité de la vaccination contre la rougeole, ce qu’ils ont fait de plus ou moins bonne grâce. Lire à ce sujet les deux articles ci-dessous :

-Homeopaths Embrace Vaccination Against Measles – Or Do They?

-Steiner Schools, Vaccination and Measles Outbreaks

Cette épidémie n’est pas sans rappeler les débuts en 2008 de la dernière vague épidémique en France (qui a fait 10 morts pour plus de 23000 cas entre 2008 et 2012). En France également, l’homéopathie est populaire et les médecins homéopathes sont nombreux. Le ministère de la santé a identifié cette état de fait comme une explication potentielle de la difficulté à obtenir une couverture vaccinale compatible avec l’immunité de groupe et l’élimination de la maladie du territoire.

Plan d’élimination de la rougeole et de la rubéole congénitale en France. 2005-2010. (Ministère de la santé)
Page 9 :
Parmi des personnes qui n’ont pas fait vacciner l’un de leurs enfants et qui n’envisagent pas de le faire, les principaux motifs invoqués sont la bénignité de ces maladies et la crainte des complications liées à la vaccination. D’autres facteurs apparaissent liés à une opinion défavorable des parents vis-à-vis des vaccins comme notamment la méfiance exprimée à l’encontre des médicaments qui peuvent être assimilables à des drogues (notamment chez les jeunes de 15 à 25 ans) ou le recours à l’homéopathie ou l’acupuncture (notamment par les adultes de 26 à 54 ans). D’autres études montrent que la négligence des familles ou le fait que, selon elles, le médecin n’ait pas proposé le vaccin, entrent également en jeu.
Page 63:
Les variables qui apparaissent liées statistiquement à une attitude réservée des médecins généralistes vis-à-vis de la vaccination contre la rougeole, les oreillons et la rubéole sont :
-La pratique systématique de l’homéopathie (p < 0,001),
-Exercer dans un cabinet individuel (p = 0,05).
Page 68:
Certaines études indiquent que les médecines « douces » bénéficient d’une popularité croissante. Une enquête récente menée au Royaume-Uni a trouvé que la fréquentation d’un homéopathe était le facteur le plus fortement corrélé avec le refus de la vaccination.

Voire également Vaccination ROR, des inégalités persistantes, dossier de presse du CFES (comité français d'éducation à la santé) datant de 2001, qui tire des conclusions similaires.

Il serait souhaitable que les organisations homéopathiques françaises clarifient leur position, si ce n’est déjà fait, concernant la vaccination contre la rougeole. Et ce, de préférence, avant une nouvelle épidémie française (qui reste possible tant que la couverture vaccinale n’atteint pas le seuil requis). Cela permettrait de convaincre des médecins homéopathes qui n’ont pas un avis trop tranché sur la question, et de limiter l’influence de médecins douteux qui trouvent toutes sortes de justifications farfelues à l’utilité de la maladie et proposent des traitements inefficaces pour ses complications (!).

Rédigé par Julie

Publié dans #Actualité, #Homéopathie

Commenter cet article