Le lien entre le HIV et le vaccin Polio discrédité (débunké)

Publié le 18 Avril 2014

Le lien entre le HIV et le vaccin Polio discrédité (débunké)

Une fois n'est pas coutume, je vous propose aujourd'hui une traduction. Il s’agit d'un debunk en anglais du site History of vaccines concernant le mythe du VIH transmis à l'homme via la vaccination contre la polio. Je trouve que le web francophone à tendance rationnelle est un peu lacunaire sur la question, tandis que les complotistes en tout genre s'en donnent à cœur joie, comme dans cette vidéo par exemple. En effet, outre wikipédia, je n'ai trouvé en français qu'une page du site vih.org.

 

***

 

Lorsque le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) a été découvert dans les années 1980, les gens se sont immédiatement demandé d'où il venait et comment il avait atteint l'homme. Une hypothèse qui a émergé dans les années 1990 a mis le VIH sur le compte d'une mesure de santé publique: un vaccin contre la polio.

 

A la fin des années 1950, différents groupes de chercheurs travaillaient au développement de vaccins contre la polio, qui était encore épidémique au niveau mondial à l'époque. Un de ces vaccins, développés par  Hilary Koprowski, docteur en médecine (1916-2013), a été utilisé dans le cadre d'essais en Afrique, après avoir d'abord été testé aux Etats-Unis. Le virus vaccinal était cultivé sur des tissus prélevés sur des macaques avant d'être administré à environ un million de personnes au Burundi, au Rwanda et dans l'actuelle République Démocratique du Congo. 

 

En 1992, le magazine Rolling Stone a publié un article qui présentait le vaccin polio oral (VPO) de  Koprowski comme une source possible du VIH, et par conséquent, de l'épidémie de SIDA.  Koprowski a attaqué Rolling Stone et l'auteur de l'article et le magazine a publié une clarification en décembre 1993, disant (en partie):

 

Les éditeurs de Rolling Stone souhaitent clarifier qu'ils n'ont jamais eu l'intention de suggérer via cet article qu'il existait la moindre preuve scientifique ni qu'ils avaient connaissance d'une telle preuve, que le Dr.  Koprowski, un illustre scientifique, était responsable de l'introduction du SIDA chez l'homme ou qu'il soit père du SIDA... Le travail novateur du Dr.  Koprowski dans le développement des vaccins contre la polio a aidé à épargner la souffrance et la mort à des centaines de milliers de victimes potentielles de la poliomyélite paralytique et est peut-être une de ses plus grandes contributions dans une vie faite de réalisations d'importance largement reconnues. 

 

Malgré la clarification de Rolling Stone, le journaliste Edward Hooper a écrit en 1999 un livre intitulé La rivière : Un voyage vers l'origine du VIH et du SIDA, basé sur l'hypothèse du lien VPO/VIH. Hooper soutenait que les cellules animales utilisées pour cultiver le virus vaccinal étaient des cellules de rein de chimpanzés vivant à l'endroit où les vaccins étaient utilisés, et que ces chimpanzés avaient été infectés par le Virus de l'Immunodéficience Simiesque (VIS). Selon Hooper, un vaccin fabriqué avec ce type de culture cellulaire a mené à l'infection de l'homme par le VIH.

 

Bien que les déclarations de Hooper aient été largement rendues publiques, l'idée d'un lien entre PVO et VIH n'est pas soutenue par les preuves (et est même directement contredite dans certains cas).

 

Premièrement, les stocks restant du vaccin contre la polio en question ont été examinés par des laboratoires indépendants qui ont confirmé l'utilisation de cellules de macaques, et non de chimpanzés comme l'affirmait Hooper. Ces donnée renforcent les déclarations des développeurs du vaccin affirmant que seules des cellules de macaques et non de chimpanzés étaient utilisées lors de la production du vaccin.

 

Deuxièmement, une étude publiée en 2004 dans la revue Nature a montré que la souche de VIS qui affectait les chimpanzés dans la région où Hooper affirmait que le vaccin avait été préparé, en utilisant des cellules de chimpanzés, étaient génétiquement différentes des souches de HIV. Cela réfutait les affirmations de Hooper d'une façon supplémentaire : même si des cellules de chimpanzés infectés par le SIV de cette région avaient été utilisées pour fabriquer la vaccin, elles n'auraient pas pu être à l'origine du VIH. 

 

Les études épidémiologiques ont également mis en évidence un sérieux problème avec les allégations de Hooper d'un lien VPO/VIH : Le VIH-1 (la première des deux espèces connues de VIH, plus infectieuse et virulente que la seconde, VIH-2) a probablement été introduite chez l'homme avant 1940, et dans une partie de l'Afrique complètement différente de la localisation de l'essai du vaccin polio oral, probablement via des chimpanzés infectés au Cameroun. Les essais congolais du vaccin ont eu lieu à la fin des années 1950, au moins une décennie après que le VIH ait commencé à se répandre chez les humains, et probablement plus, selon des estimations récentes (Worobey 2008). Le vaccin ne peut pas avoir été la source d'un virus qui infectait déjà l'homme depuis de nombreuses années. 

 

Hooper, pour sa part, s'en tint à ses affirmations et a crié à une tentative organisée de dissimulation, mais ses arguments ont été largement relégués au statut de théorie du complot discréditée. Bien que ses affirmations aient été trouvées sans mérite, elles ont quand même causé du tort à l'effort  global d'éradication de la polio. Des rumeurs disant que le vaccin oral actuel aurait été intentionnellement contaminé avec des produits stérilisants et des « virus connus pour causer le VIH et le SIDA » ont mené à des refus localisés du vaccin dans certaines partie d'Afrique. Il est probable que ces rumeurs sont issues des accusations originales concernant le lien VPO/VIH. En partie à cause de ces refus,  la polio effectue un retour dans certaines parties d'Afrique alors que la vaccination avait permis des avancées positives vers l'éradication.

 

Sources et informations complémentaires :

  1. Cohen J. Forensic Epidemiology: Vaccine Theory of AIDS Origins Disputed at Royal Society. Science. 2000; 289(5486):1850-1851.
  2. Jegede A. What Led to the Nigerian Boycott of the Polio Vaccination Campaign? PLoS Med. 2007; 4(3): e73.
  3. Korber B, Muldoon M, Theiler J, et al. Timing the ancestor of the HIV-1 pandemic strains. Science. 2000; 288(5472): 1789–96.
  4. Offit PA. Vaccinated: One Man’s Quest to Defeat the World’s Deadliest Diseases. New York: Harper Perennial; 1988.
  5. Worobey M, Santiago M, Keele B, et al. Origin of AIDS: contaminated polio vaccine theory refuted. Nature . 2004; 428(6985): 820.
  6. Plotkin SA. CHAT oral polio vaccine was not the source of human immunodeficiency virus type 1 group M for humans. Clin. Infect Dis.  2001; Apr 1;32(7): 1068-84.
  7. Plotkin SA. Untruths and consequences: the false hypothesis linking CHAT type 1 polio vaccination to the origin of human immunodeficiency virus. Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 2001: June 29: 356(1410) 815-23.
  8. Sharp PM, Hahn BH. The evolution of HIV-1 and the Origin of AIDS.  Philos traqns R Soc Lond B Biol Sci. 2010 Aug 27:365(1552) 2487-94.
  9. Worobey M, Gemmel M, Teuwen DE et al. Direct evidence of extensive diversity of HIV-1 in Kinshasa by 1960. Nature. 2008 Oct 2 ; 455(7213) : 661-664.

 

***

 

Pour ceux qui seraient intéressés par les véritables origines du VIH, ainsi que par les conditions qui ont permis au virus de se répandre chez l'homme, je conseillerais plutôt cette vidéoJacques Pépin présente l'état de l'art ainsi que ses propres travaux.

Publié dans #Polio, #VIH, #debunking

Commenter cet article