Publié le 1 Mars 2016

Ce jeudi 25 février, le magazine Complément d'enquête (France 2) intitulé « Vaccins, médicaments, médecins : la défiance » comprenait un reportage sur la vaccination à (re)voir ici. Là où le reportage d'Envoyé spécial (11 février) traduisait clairement la position manifestement anti-vaccinaliste de la journaliste, celui de Complément d'enquête utilise une démarche journalistique plus classique. On montre un peu de pour, un peu de contre, aboutissant à une situation de « false balance », ce biais qui consiste à présenter deux points de vue comme ayant des poids plus équilibrés que ce que les preuves indiquent.

(oui, ceci est une caricature!)

(oui, ceci est une caricature!)

Nous n'allons pas analyser chaque mot prononcé dans ce reportage, mais soulever quelques points qui méritent discussion.

 

Une maman qui mélange tout

Le reportage laisse la parole à plusieurs parents opposés à la vaccination. La démarche de la première maman, dont le refus de vacciner s'inscrit dans une vision globale où on mange bio, etc... est présentée comme si elle valait bien celle des parents qui vaccinent. Les journalistes ne commentent pas une des énormités qu'elle énonce. En effet, elle met en balance la possibilité de décès par rougeole (elle ne connaît pas le chiffre qui est de 1 à 10 décès par 10000 cas) avec ce qu'elle perçoit comme les risques de la présence d’adjuvants dans les vaccins. Or, le vaccin contre le rougeole ne contient PAS d'adjuvants.

 

Un papa qui profite des autres

La démarche du père qui profite de la couverture vaccinale des autres est bien présentée pour ce qu'elle est: Cynique et finalement LA raison sous-jacente, en dessous du militantisme de façade. Il est « amusant » de noter que ce père compte sur les autres pour protéger ses enfants contre le tétanos. Il se plante dans les grandes largeurs sur ce point. La notion d'immunité de groupe n'est pas applicable au tétanos, qui n'est pas une maladie contagieuse. Ça aurait pu être mentionné par la voix off, avec rappel du cas de tétanos à Tours l'année passée.

 

Des parents perdus

Concernant Livio, on a un peu de mal à suivre la narration. Une fois il serait bien un des cas graves d'effets secondaires, l'autre fois, ce serait encore à vérifier par des experts. Les parents attribuent l'encéphalite herpétique de leur enfant à la vaccination, car les premiers symptômes se sont produits après la première dose (2 mois) et l'enfant est tombé dans le coma moins de deux semaines après la seconde dose (donnée à 4 mois).

Pourtant, la cause d'une encéphalite herpétique, c'est l’herpès ! Comment les journalistes peuvent-ils manquer de souligner cette évidence? Elle peut se produire chez les nourrissons, que ce soit avant ou après vaccination.

Prenons ces témoignages issus d'un forum :

« ma fille Fannie a fait une meningite encephalite herpetique virus2 a 10 jours de vie.actuelement elle a 22 mois et ne degage tres peu de sons,ne se sert de aucun membre,ne mange aucun solide.elle refait ses crises (raideur hyperextension,et se reveille la nuit ....) »

« je suis la maman d'Enora , qui a aujourd'hui presque 10 ans ( en octobre) , et elle a aussi fait une encéphalite herpétique à 15 jours de vie »

« ma fille a eu une meningite encephalo herpetique a 20 jours de vie
un mois de coma »

Si le calendrier vaccinal impliquait une vaccination à 9, 14 ou 19 jours de vie, les parents de ces enfants auraient pu faire comme ceux de Livio et attribuer la maladie à la vaccination, juste sur base de la coïncidence temporelle.


Le temps passé à laisser parler le papa de Livio (alors que pas un cas d'handicap ou de décès post maladie à prévention vaccinale ne fait l'objet d'un traitement émotionnel similaire) laisse penser qu'il fallait une bonne séquence « sortez les mouchoirs » pour compenser la bonne séquence « quelle horreur, ces médecins homéo qui falsifient les carnets ! » présentée en début de reportage, recherche d'audience et false balance obligent. Ainsi, tout le monde en a eu pour son compte. Le problème de la false balance, c'est que tout le monde et personne à la fois n'est satisfait. Mais peu importe, ça fera parler de l'émission et réagir sur les réseaux sociaux.

 

Une maman qui s'éclate

Vient le cas de la maman autoproclamée experte et visiblement très contente de tenir tête à tout ce qui bouge. Crèche, médecin, … Personne ne lui arrive à la hauteur ! Les images nous indiquent quand même qu'elle se « forme » en lisant par exemple du Sylvie Simon ! Les journalistes auraient pu préciser que ses sources laissent franchement à désirer. Cette femme n'est pas une héroïne. C'est juste quelqu'un qui n'a pas la mesure des choses.

 

Enfin, le traitement des notions de recommandations et d'obligations n'est pas satisfaisant, comme d'habitude. Mais inutile de se répéter, tout (ou presque) a déjà été dit ici et .

 

A cause de ce penchant pour la false balance, le reportage risque de faire tirer au public des conclusions erronées, car tout le monde n'a pas le contexte, les connaissances précises et les réflexes pour tout remettre en perspective.

Rédigé par Julie

Publié dans #Actualité, #Médias